Les terroristes "courageux" : 8 mois ferme pour l’ex-Action directe Rouillan

0
4187

Les terroristes "courageux" : 8 mois ferme pour l’ex-Action directe Rouillan

Date: 7 September 2016 | 2:51 pm

Il a d’ores et déjà fait appel, mais pourrait ajouter une poignée de mois de plus à l’ombre à une vie qui en a déjà compté beaucoup. Malgré ses regrets publics, l’ancien cofondateur d’Action directe Jean-Marc Rouillan a été condamné ce mercredi 7 septembre à 8 mois de prison ferme pour apologie du terrorisme, après avoir “fait preuve d’empathie” à l’égard des djihadistes du 13 novembre selon les termes du tribunal correctionnel de Paris. Le parquet réclamait un an de prison.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats politiques du haut fonctionnaire René Audran et du PDG Georges Besse dans les années 1980, Jean-Marc Rouillan était le dernier leader d’Action directe à avoir recouvré la liberté en mai 2012, au bout de 24 ans de prison. Il est en outre condamné à verser 300 euros à chacune des 30 victimes des attentats qui se sont constituées parties civiles.

Son avocat Christian Etelin a confirmé son intention d’interjeter appel : “La maladresse dans un propos n’est pas l’apologie du terrorisme”, assène-t-il.

Les propos incriminés

Le 23 février dernier, Jean-Marc Rouillan était venu pour faire la promotion de son dernier film lors de l’émission “La Grande Tchatche” à la rédaction du mensuel satirique marseillais “Le Ravi”, diffusée sur les ondes de “Radio grenouille”. Interrogé sur les djihadistes qui ont frappé la France, il lâchait alors (écouter à 49’13”) :

“J’en ai marre des poncifs antiterroristes qui se développent : ‘ces lâches attentats’… Moi, je les ai trouvés très courageux, en fait. Ils se sont battus courageusement : ils se battent dans les rues de Paris, ils savent qu’il y a 2.000 ou 3.000 flics autour d’eux.”

“On peut dire ‘On est absolument contre leur idée réactionnaire’, on peut dire plein de choses contre eux, dire ‘C’était idiot de faire ci, de faire ça’, mais pas dire que c’est des gamins qui sont lâches”, ajoutait-il tout en critiquant l’idéologie “mortifère” de Daech. “D’un point de vue de l’islam, ils sont impies”, argumente-t-il. Mais il se dit également “neutre” entre la France et l’Etat islamique, expliquant qu’il ne serait “jamais” du côté de l’Etat français.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait vu dans ces propos “une offense à la mémoire des victimes et une blessure supplémentaire pour des familles qui ont déjà beaucoup enduré”. L’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), qui l’a poursuivi en justice, s’en était quant à elle prise à une “bouillie intellectuelle” : ces propos sont “dans une indécence absolue à l’égard des victimes de ce massacre”, ajoutait-elle, estimant que M. Rouillan “se vautre […] une fois de plus dans la violence”.

“Nous attaquons Rouillan. Il méprise les victimes de terrorisme”

Face au “piège” des interviews

A la barre fin juin, l’homme de 64 ans a explicitement regretté ces propos.

“J’ai été très maladroit. […] J’aurais dû dire ‘déterminés'”, a-t-il nuancé en parlant des djihadistes, avec lesquels il assure n’avoir “aucune connivence” : “Ce sont des ennemis […] Je ne suis pas un sanguinaire. Je suis totalement désolé pour les familles qui ont perdu des gens au Bataclan.”

En février 2016. (LIONEL BONAVENTURE/AFP)

“Il a été dit que je leur avais rendu hommage… c’est absurde”, dénonçait-il un peu plus tôt, le 22 juin, dans une interview à l’AFP.

“Je reste un communiste révolutionnaire. Ce qui m’enrage, c’est qu’on puisse me croire une once de soupçon de connivence avec des réactionnaires et des religieux comme Daech. Il y a eu une déformation de mes propos, une manipulation du mot ‘courage’ alors que dans la même phrase, je les condamne”.

Se qualifiant face aux juges de “très méfiant”, Jean-Marc Rouillan décrit le “risque” et le “piège” que représentent pour lui les interviews, alors qu’il est confronté à la “pression” de promouvoir ses activités culturelles, notamment cinématographiques.

Lors de l’enregistrement, “je ne veux pas aborder ces sujets”, fait-il valoir. “Je suis dans un état d’agacement et de fatigue”, poursuit Jean-Marc Rouillan, qui a tenu les propos qui lui valent ce procès à la fin de cette interview de près d’une heure. “Je n’arrive pas à sortir du piège, je ne me vois pas dire ‘Je suis fatigué, je m’en vais’.”

En 2008 déjà, Jean-Marc Rouillan avait été réincarcéré après une interview donnée en 2007 à “L’Express”, dans laquelle il déclarait qu’il ne “crachait” pas sur tout ce qu’il avait fait. Il violait ainsi l’interdiction qui lui est faite de s’exprimer publiquement sur des faits pour lesquels il avait été condamné. De nouveau placé en semi-liberté en 2011, il avait retrouvé la liberté conditionnelle un an plus tard.

T. V.

Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your answer!
Please enter your name here