Bruno Le Roux : «Emmanuel Macron ne sera pas président»

0
4325

Bruno Le Roux : «Emmanuel Macron ne sera pas président»

Date: 16 September 2016 | 6:19 pm

Le patron des députés PS, qui n’exclut pas la candidature de l’ancien ministre, l’a invité à «réfléchir à être candidat sans avoir de chance».

En fidèle hollandais, Bruno Le Roux se dit «en mouvement avec le président de la République». Invité vendredi du «Talk Le Figaro», le président du groupe PS à l’Assemblée a souligné le caractère singulier du futur combat présidentiel : «Il n’y a aujourd’hui rien d’écrit sur le résultat de l’élection présidentielle, mais neuf mois avant, nous ne savons pas ce qui va se passer. C’est arrivé assez peu » souvent. Se refusant à tirer un enseignement politique des sondages catastrophiques pour le chef de l’État, le député de Seine-Saint-Denis «redoute» qu’un représentant du camp républicain, à droite ou à gauche, soit «absent du second tour» tout comme il «redoute tout ce qui relève de comportements individuels». Plus généralement, il a regretté que tous les candidats, «de Nicolas Sarkozy à Jean-Luc Mélenchon ou Arnaud Montebourg (donnent l’impression de se livrer à) un concours de croque-morts pour la présidentielle ». «C’est à celui qui dépeindra de la façon la pire l’état de la France !», a-t-il taclé.

Sur ce point, Le Roux a été catégorique : «Emmanuel Macron ne sera pas président de la République. Il sera peut-être candidat, mais on doit réfléchir à être candidat sans avoir de chance», a-t-il ajouté. Alors que François Hollande estime que «le clivage droite-gauche reste fondateur de notre démocratie», le patron des députés PS a exprimé son adhésion à cette idée, et contré l’ancien ministre de l’Économie qui dit ne plus croire à ce clivage : «Ceux qui veulent s’en extraire en disant qu’ils ne sont ni de droite ni de gauche ne sont pas dans l’histoire des idées ni de la République.»

Appelant «la gauche qui réforme à se rassembler», Le Roux s’est voulu raisonnablement optimiste sur les chances de François Hollande, qui avait conditionné sa candidature en 2017 à l’inversion de la courbe du chômage. Retenant un autre critère, Le Roux a lancé : «Y a-t-il un seul indicateur qui soit moins bon qu’il y a quatre ans? Aucun.» Se félicitant du discours «de volonté» et «de combat» prononcé par le chef de l’État salle Wagram, il ne fait pas partie de ceux qui pressent Hollande à annoncer sa candidature. «Le président a d’autres choses plus intéressantes et plus importantes à dire qu’une déclaration de candidature.» Jugeant que Nicolas Sarkozy était  «tranché», le député PS a insisté : «Il a choisi d’être dans la caricature depuis son entrée en campagne, et d’être dans une primaire de droite où il veut chasser très à droite.»

Interrogé sur les nombreux députés PS qui ne se représenteront pas en 2017, il a mis en garde : «Que ceux qui pensent que c’est perdu se mettent de côté et laissent faire ceux qui ont la volonté de gagner.»

Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your answer!
Please enter your name here