Aix-en-Provence : les instituteurs équipés de «bipers anti-intrusion»

0
4230

Aix-en-Provence : les instituteurs équipés de «bipers anti-intrusion»

Date: 16 September 2016 | 3:44 pm

C’est une nouveauté dans les écoles primaires et maternelles de la ville. Les instituteurs sont désormais directement reliés à la police grâce à une télécommande.

«Nous avions mis ce genre de bipers à la disposition des personnes agées, nous avons décidé d’étendre cet outil sécuritaire à l’éducation» affirme un responsable à la mairie LR d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhônes). L’introduction de ce biper anti-intrusion, depuis la rentrée, concerne les 74 écoles primaires et maternelles de la ville. Il s’agit d’équiper de télécommandes les insituteurs mais aussi les agents municipaux, le personnel éducatif, les surveillants de cantine ou encore les animateurs, comme le révèle France3-régions. Ces boitiers sont munis d’un bouton unique avec deux fonctions. Ils sont directement reliés à la police municipale qui est prévenue instantanément. Ils activent aussi une alarme qui a pour but de prévenir tout l’établissement d’une possible intrusion. La mairie est à l’initiative de ce projet qui est un ajout aux consignes sécuritaires mises en place par le gouvernement concernant les écoles. Les quelques 800 bipers distribués ont couté plus de 100.000 euros à la ville.

Après une semaine d’existence, le dispositif a déjà reçu des critiques, affirme la mairie, mais elle défend son projet: «c’est très discret, le biper peut se porter en bracelet ou en collier. Il n’est pas pas du tout intrusif, comme on a pu l’entendre, ce n’est pas du tout un bracelet électronique.»

Selon la ville, cette mesure s’adapte donc parfaitement aux mesures énoncées par l’Éducation nationale et permet de rassurer le personnel dans les écoles et les parents. «Cela ne concerne pas que le terrorisme, les bipers peuvent être utiles pour n’importe quel type d’intrusion».

Un dispositif qui met plus de «pression sur les instituteurs»

Du côté du Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles (SNUipp), ce nouveau dispositif sécuritaire n’est pas vu d’un bon oeil. Claire Billès, la secrétaire départementale dans les Bouches-du-Rhône, le concède: ce dispositif «rassure» parce qu’il est un nouveau moyen de prévenir de dangers. Mais elle soutient d’un autre côté que ces bipers anti-intrusion sont un «enjeu politique dans un contexte sécuritaire». «Le problème, c’est qu’à travers ce dispositif on veut dire aux parents que le risque zéro est possible, alors que ce n’est pas vrai.» Selon elle, ce biper ajoute de la «pression sur les instituteurs, qui ne peuvent pas tout faire».

Et côté pratique, l’objet même ne fait pas l’unanimité. «Les personnes préfèrent le laisser à un endroit», dans la classe par exemple, affirme Claire Billès qui a pu discuter du dispositif avec des instituteurs de la ville. Sans enlever le côté rassurant d’un nouvel outil pour la sécurité, elle confie donc qu’il y a une certaine réticence de la part d’une partie du personnel d’éducation avec le fait même de devoir porter la télécommande en bracelet ou en collier.

Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your answer!
Please enter your name here