Mineur arrêté à Paris : la police s'inquiétait d'un "possible passage à l'acte"

0
4262

Mineur arrêté à Paris : la police s'inquiétait d'un "possible passage à l'acte"

Date: 11 September 2016 | 1:48 pm

Un mineur de quinze ans, soupçonné de pouvoir “passer à l’acte”, a été arrêté samedi 10 septembre à Paris dans un contexte de menace terroriste “maximale” et quelques jours à peine après le démantèlement d’un commando de femmes djihadistes soupçonné de préparer une attaque imminente, probablement contre la tour Eiffel.

L’adolescent, interpellé dans le 12e arrondissement de la capitale, avait fait l’objet d’une perquisition administrative et d’une assignation à résidence dans le cadre de l’état d’urgence instauré après les attentats du 13 novembre, a précisé dimanche à l’AFP une source proche de l’enquête.

La menace terroriste s’était traduite samedi par des messages d’alerte concernant plusieurs sites sensibles à Paris (commissariats et lieux publics), selon autre une source proche de l’enquête.

Selon iTélé, les enquêteurs ont en effet intercepté des messages de l’adolescent sur le réseau social Telegram, une messagerie internet sécurisée prisée des djihadistes pour sa confidentialité, dans lesquels il se disait prêt à passer à l’acte, dans des lieux publics à Paris, avec une arme à feu. Toujours selon iTélé, les messages interceptés étaient destinés au djihadiste français Rachid Kassim, propagandiste de l’Etat islamique, actuellement en Syrie.

En garde à vue à la DGSI

“Il est interpellé car on s’interroge sur un possible passage à l’acte en réponse aux appels à attaquer la France depuis la Syrie”, confirme une source proche de l’enquête. Cette source a précisé que le mineur était bien en contact via Telegram avec Rachid Kassim.

Cette interpellation repose donc la question du pilotage à distance des projets d’attentats par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), et en particulier du rôle de ce Rachid Kassim, 29 ans, originaire de Roanne.

Le mineur arrêté était entendu dimanche en garde à vue par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, près de Paris.

15.000 personnes radicalisées en France

Au lendemain de cette nouvelle arrestation, Manuel Valls a déclaré dimanche sur Europe 1 que la menace terroriste restait “maximale” pour la France, touchée depuis janvier 2015 par une série d’attentats qui ont fait 238 morts.

Le Premier ministre a également porté à environ 15.000, contre plus de 10.000 jusqu’à présent, l’estimation du nombre de personnes radicalisées en France, en dressant un dernier bilan des “filières”.

“Nous avons près de 700 djihadistes français et résidents en France qui combattent actuellement en Irak et en Syrie”, a-t-il déclaré, précisant que ce chiffre incluait “275 femmes et plusieurs dizaines de mineurs”. Toujours en Irak et en Syrie, 196 djihadistes français et résidents en France ont été tués à ce jour.

R.F.

Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your answer!
Please enter your name here