Incertitudes autour du motif de l'agression à Toulon

0
4195

Incertitudes autour du motif de l'agression à Toulon

Date: 9 September 2016 | 10:46 am

Le procureur avait initialement évoqué la «tenue vestimentaire» de deux femmes qui faisaient du roller comme déclencheur de l’agression survenue dimanche. D’après Var-Matin, il s’agissait de shorts. Vendredi, l’une des deux victimes affirme pourtant au quotidien que les tenues n’étaient pas en cause.

Deux femmes et trois hommes ont été agressés dimanche, à Toulon, par un groupe d’une dizaine de jeunes. Alors que le motif de l’agression -la tenue vestimentaire- semblait clair, il est remis en cause, vendredi, par l’une des victimes. Retour sur ce que l’on sait de cette affaire et sur les informations diffusées depuis mardi.

• Deux femmes et trois hommes agressés dimanche

Dimanche vers 13 heures, deux couples accompagnés d’un ami et trois enfants se promènent à vélo et en roller dans l’est de Toulon (Var), près du quartier sensible des Oeillets, lorsqu’ils sont pris à partie par une dizaine de jeunes. L’altercation dégénère en agression. «Les trois hommes ont été frappés violemment au visage sous les yeux des enfants, les femmes ont été légèrement bousculées», selon les précisions du procureur de Toulon à l’AFP, mercredi. L’homme le plus grièvement blessé présente des fractures au visage et a reçu 30 jours d’incapacité totale de travail.

Deux agresseurs de 17 et 19 ans ayant des antécédents judiciaires sont interpellés et écroués mardi. Une information judiciaire est ouverte au parquet de Toulon pour identifier d’autres agresseurs.

• Mercredi, la tenue vestimentaire en cause

L’affaire est initialement relatée par Var-Matin dans son édition de mercredi. D’après le quotidien régional, «ce sont les shorts que portent les deux femmes» qui ont déclenché l’agression. L’altercation aurait débuté avec des insultes visant les deux femmes.

Le procureur de Toulon, Bernard Marchal, confirme à l’AFP que les agresseurs «ont crié “Pute” et “Vas-y, mets-toi toute nue”». Il estime qu’il s’agissait d’une «provocation à caractère sexuel pour provoquer la réaction des hommes». Au micro de France Bleu, le magistrat précise que «ce qui a déclenché l’affrontement, c’est la tenue vestimentaire, qui n’avait rien d’extraordinaire, des femmes», sans évoquer précisément quelle est cette tenue.

Le maire de Toulon, Hubert Falco (LR), dénonce par la suite sur France Bleu «un acte odieux qu’il faut réprimander d’une manière ferme». «Qu’on s’en prenne à mes concitoyens en short, c’est anormal et pitoyable», dénonce l’élu. «On n’attaque pas une femme parce qu’elle est en short.»

• «Nous n’étions pas en short», affirme vendredi une des victimes

Cinq jours après les faits, l’une des femmes victimes de l’agression s’exprime dans Var-Matin. Cette mère de famille affirme que la provocation des agresseurs n’était pas liée à leur tenue. «Personne n’était en short. Ce n’est pas ce qui a déclenché la scène de violence gratuite que nous avons subie dimanche», explique-t-elle.

«Nous étions en famille. Nous revenions de deux heures de balade en roller (pour les filles) et à vélo (pour les garçons). Au niveau d’un feu, un jeune m’a interpellé: “Mets-toi toute nue!”. Je n’ai pas compris. Puis il s’est adressé à ma soeur: “Toi, t’es jolie”», raconte-t-elle. «Ma soeur était en jogging, et moi j’étais en leggings avec des chaussettes montantes, des genouillères, des coudières et une casquette. Pas de shorts.»

Et de conclure: «On s’est fait insulter, sauter dessus sans raison. (…) Mais une chose est certaine, je continuerai à faire ce que j’ai envie comme j’ai envie.»

Le parquet de Toulon n’était pas joignable, vendredi, pour des précisions.

Source link

LEAVE A REPLY

Please enter your answer!
Please enter your name here