Vos professeurs sont-ils dans la lutte et ils ne sont pas Gagner Pourtant

0
14

Vos professeurs sont-ils dans la lutte et ils ne sont pas Gagner Pourtant



Illustration par Jim Cooke

Ce sera la huitième et dernière tranche de notre série sur les histoires vraies de professeurs adjoints, les travailleurs les bas salaires les plus instruits en Amérique.

http: //gawker.com/the-misery-of -…

Les pensées recueillies de plusieurs dizaines de adjonctions ont clairement certains thèmes communs: nos collèges et universités sont soutenus par une grande classe des enseignants qui manquent de sécurité d’emploi, salaires décents, ou le respect de leur employeur; les étudiants qui paient des prix énormes pour assister à des écoles prestigieuses vont probablement passer beaucoup de temps à être instruits par ces professeurs très faiblement rémunérés; et, surtout, l’enseignement supérieur industrie -qui ressemble à un schéma de Ponzi dans laquelle la dernière génération de doctorat de doit fiévreusement éduquer la prochaine, même si il n’y a pas assez de bons emplois pour l’un d’eux -est pas tout ce qu’il est fissuré à l’être.

Les acheteurs de diplômes avancés méfiez-vous. Les étudiants et les professeurs ont eu la chance de ne pas être adjonctions, s’il vous plaît rappelez-vous: un peu de solidarité va un long chemin.

Arrêtez de mentir

Je vis avec quelques membres de la famille et nous avons en commun notre argent pour joindre les deux bouts. Bien que je le plus haut degré dans ma famille, je gagner le moins d’argent à mon travail et je suis la seule personne sans avantages. Je vraiment aime et aime enseigner. Mes élèves sont quelques-unes des parties les plus brillantes de mes jours et des semaines. I love English, et je suis très passionné de l’importance de ma profession à l’éducation de la prochaine génération de leaders et penseurs. Mais travailler comme un complément ne me donne pas le revenu nécessaire pour bien vivre. Je gagner environ 17000 $ par année à mon travail, donc je l’ai eu à prendre sur les salaires des emplois minimaux de vente au détail sur le côté afin de faire assez pour aider à soutenir ma famille, qui apporte ma semaine de travail moyenne entre 60 et 70 heures par semaine.

J’espère que les universités se rendent vite compte les effets paralysants de leur traitement à adjonctions. Donc, l’argent beaucoup universitaire est consacré aux administratifs et bureaucratiques salaires-un travail de spécialiste de l’inscription de niveau d’entrée dans mon établissement paie environ 10k plus par an avec des avantages que je gagne avec mon diplôme d’études supérieures.

Je pense aussi que nous devrions cesser de mentir aux étudiants de programmes de premier cycle secondaire et. Je suis constamment encouragé par mes mentors et des pairs pour gagner un degré avancé, car il augmenterait mon avantage concurrentiel sur le marché du travail. Ils ont promis des emplois seraient sans fin et que mon diplôme de MA assurerait, l’emploi satisfaisant stable. Mais cela n’a pas été le cas tout a été une lutte.

Dans le New Jersey

Je suis professeur adjoint à un petit collège d’arts libéraux dans le New Jersey. Malgré le coût ridicule de vivre dans cet état, je fais 2250 $ pour une classe deux de crédit. Malgré les nombreuses heures passées préparant, classement, et la conception de cours (au moins quinze heures par classe par semaine, donc si j’enseigne cinq classes, 75 heures par semaine, en particulier avec le classement, je suis probablement aussi faible estimation;. Je l’ai passé vingt heures par semaine sur une seule classe.), je fais moins que certains de mes élèves faire dans leurs positions d’étude de travail. Le plus grand coup de pied dans le pantalon est que chaque étudiant paie 3-4k $ par classe. Je ne fais pas même ce que l’un de mes étudiants paie à enseigner par moi

Je suis chanceux si. mes amis qui adjoint dans les collèges communautaires dans le New Jersey souvent ne font que 1,800 $ par classe, une somme ridicule.

En Floride

Je suis très actif dans ma région (Tampa Bay) dans l’organisation autour des questions auxiliaires et enseignent dans 2 collèges différents.

L’année dernière je fait 18k. Dans une école, je fais un peu plus de 1700 $ par section et à l’autre, je fais 1900 $ par article. Je suis actuellement enseignant 5 sections. Je prévu pour être enseignant 4 en été et 6 à l’automne, tant qu’ils ne sont pas annulés pour une faible scolarisation. J’ai eu un semestre dans le passé où j’ai enseigné 7 sections (4 sujets différents) à 3 écoles et 5 campus différents. Je conduisais 200 miles 2 jours par semaine. Je travaille vers adjonctions syndicalisation à l’une des écoles que je travaille à et j’entends des histoires similaires de tous les autres adjonctions j’ai parlé avec.

Ni l’école, je travaille à la traite adjonctions assez. Administration du bout des lèvres de paye vers vouloir nous payer plus (bien sûr, ils ne le font jamais), mais ne semblent pas se rendre compte que l’instabilité d’emploi, le manque d’avantages, le manque de développement professionnel, et de l’espace de bureau privé sont tous tout aussi préjudiciables.

Je suis chanceux que je ne vivent pas dans la pauvreté parce que mon mari a travail décent et fait la majorité de notre revenu familial. Mais si nous devions séparer, je serais certainement vivant dans des conditions de pauvreté. Même avec ma situation financière étant mieux que beaucoup d’adjonctions que je connais, ma vie a toujours été impacté très négativement par mon travail en tant que complément.

Je ne suis pas payé pour les jours que je dois manquer classe et ont dû enseigner une journée de cours au milieu d’une fausse couche. Je dois manquer payer quand mes enfants sont malades parce que je suis le preneur de soins primaires. Mon mari et moi avons du mal à planifier les choses financièrement parce que nous ne sommes jamais sûrs à quel point je vais faire d’un semestre à.

Comment les choses ont changé

J’étais au collège en Californie à la fin des années 60 (oui, je suis un vieux militant gauchiste). J’ai assisté collèges / universités publiques. Dans toutes mes années d’études dans l’enseignement supérieur, je ne crois pas avoir eu plus d’un professeur auxiliaire. Je pris beaucoup de classes. Tous mes professeurs avaient des bureaux, des bureaux privés. Ils ne sont pas entassés partager un bureau qui ressemblait à un pool dactylographique. (Heureusement, le cadre d’adjonctions où j’enseignons sont presque comme une famille;. Nous apprécions vraiment les uns les autres, de partager des expériences, et d’apprendre les uns des autres dans un environnement du discours riche, je crois que nous sommes l’exception.)

Environ 60 pour cent des classes enseignées à [mon collège au Nouveau-Mexique] sont enseignés par adjonctions. Comment est-il possible que, dans ma propre éducation à vie du collège est passé de la stabilité des missions d’enseignement professorales à un méli-mosh de cours auxiliaires enseigné enfilées tenuously ensemble dans des programmes à peine cohésives qui sont financés à moindre coût?

Cela me attriste terriblement .

D’un simple complément de père travaillant deux emplois

Quelle est votre qualité de vie?

Quand je suis dans la salle de classe ou de parler à mes collègues, il est sublime. Quand je classement des documents à une heure du matin, après un concert de pick-up parce que je dois gig autant que je peux pour combler les lacunes, il se sent terrible. Quand mon enfant veut quelque chose, un meilleur dîner, une nouvelle application, je dois courir à travers l’ensemble de notre budget mensuel pour savoir si nous pouvons, par exemple, commander une pizza. Je me suis souvent ne peux même pas se permettre de commander une pizza.

Et quand je regarde mon livre de budget et plan des dépenses de mon mois, je me sens désespéré. Je me sens comme un échec. Je me sens comme je l’ai pas d’avenir. Je me sens comme je l’ai perdu ma vie en essayant d’être sérieux et idéaliste. Et quelques jours, j’examiner effectivement la clause de suicide de mon assurance vie politique – que l’argent permettrait d’éradiquer “tous les problèmes de ma fille et elle serait mieux avec ma sœur et son mari.” Voilà mon monologue intérieur. Mais je sais qu’elle préfère manger des patates douces et le quinoa encore une fois que de perdre moi aussi – je ne pourrais jamais lui faire de mal de cette façon, elle a déjà perdu trop. Et elle est la seule raison pour laquelle la vie était la peine de continuer après mon partenaire est mort. Donc, je continue à se battre pour notre petite famille, comme mon espoir diminue.

“Je suis étonné”

Je suis adjoint à différentes écoles pendant 5 ans. Je l’ai enseigné à [plusieurs universités dans le Sud-Ouest]. Toutes les traiter adjonctions terribles. En ce moment je suis enseignant de [l’université] en ligne. Si je fais tout ce qu’ils demandent de moi, je fais environ 6,50 $ par heure. Enseigner deux classes peuvent facilement prendre 36- 40 heures par semaine. L’année dernière, je suis presque mort de faim. Je l’ai vendu tellement de choses à vivre. Tout ce que je faisais de la valeur en dehors de ma maison disparu. Je déteste plus que tout la façon dont les universités utilisent des professeurs. Mais je dois le travail, il vaut mieux que rien. Ils ne donnent pas toujours me les classes et il y a règle tacite de ne rien dire au sujet de ces conditions. Pour moi, la réponse est un syndicat au niveau national: adjonctions organiser et frapper. Je travaille à une entreprise afin que je puisse cesser d’être un complément mais je vais probablement être enseigné au moins une autre année. Si mon école a découvert que je dis cela, ils me jeter comme morceau de détritus. Alors s’il vous plaît ne leur dites pas que je suis étonné par le système universitaire. Ils sont les pires discriminateurs et ils crient contre lui le plus fort.

en faillite

Le département d’anglais à l’université où j’enseigne actuellement 4 classes (100 élèves) paie un montant forfaitaire de 2500 $ par cours avant impôts. Il est typique pour obtenir 4 classes dans le semestre d’automne, mais seulement 2 ou 3 au printemps. À cause de cela, je travaille souvent un autre (ou deux autres) emplois en même temps. Il est difficile de trouver un emploi à temps partiel de sociétés / entreprises qui sont prêts à travailler autour de mon horaire d’enseignement en constante évolution.

Je suis pas d’emploi au cours des mois d’été, je recourir au travail temporaire pour garder mes lumières ; ces emplois paient généralement 10-11 $ l’heure.

Plein temps / professeurs adjoints à mon université enseignent 3 classes et cela est considéré comme temps plein. J’enseigne 4 classes et suis considéré à temps partiel. Je n’ai pas d’assurance maladie.

L’automne dernier, je devais avoir une chirurgie d’urgence, sans assurance maladie (je ne peux même pas payer le moins cher programme Obamacare) la facture de l’hôpital était de plus de 30 000 $, mes gains à 2 emplois pour l’exercice 2015 a été de 24.000 $ …

Je vis dans un studio, je donne de la viande tout à fait parce que je ne peux pas le permettre et vivre de lentilles et de yaourt grec. Je ne vais où autre que le travail parce que, littéralement, je ne peux pas se permettre de gaz à conduire partout pour les loisirs, et encore moins aller dans un bar pour une (seule) boire ou voir un film, je suis isolé de mes amis et la famille à cause de ma financière situation. Je n’ai pas la télévision par câble, je n’achète mes vêtements dans les magasins de seconde main.

Je ne suis autorisé à donner des cours que l’université a besoin de tous les élèves. Ce sont des cours obligatoires pour tout le monde, mais l’université ne pas investir dans la faculté FT pour ces cours. Si ces cours sont si importants pour le programme d’études des étudiants alors l’université devrait investir dans des professeurs à temps plein.

Je suis actuellement à la recherche de travail à l’extérieur du milieu universitaire parce que je ne peux pas se permettre de continuer à vivre comme ça. Encore une fois, je suis programmé pour la faillite, mais cela ne couvrira pas le 175.000 $ en prêts étudiants, je courus au cours de mes études supérieures. Mon avocat de faillite m’a informé que si je peux prouver que je ne peux pas trouver un emploi lié à mes études mes prêts peuvent être pardonnés. Je suis actuellement en train de rechercher ce type de documentation est nécessaire pour que cela se produise.

La différence de pleins offres d’emploi à temps

Je suis très reconnaissant que je suis un des chanceux qui ont débarqué une position menant à la permanence à temps plein cet automne, mais je vais avoir à quitter la Caroline du Nord pour elle. A cette nouvelle université, je vais enseigner trois classes chaque semestre au lieu de quatre, et mon salaire sera plus de cinq fois plus élevé. Mais avec les estimations à environ 50% – 70% des professeurs de l’enseignement supérieur étant adjonctions, ce n’est pas une question qui va tout simplement disparaître pour moi parce que je ne suis plus un complément. Adjuncts sont financièrement incapables de donner tout ce qu’ils peuvent pour leurs étudiants en raison de devoir travailler plusieurs emplois, les effets de la qualité de l’éducation TOUS nos collèges / universités sont en mesure de fournir à travers le pays. Je me suis travaillé jusqu’à cinq emplois à la fois pour obtenir par et je suis incroyablement reconnaissant je vais avoir qu’une seule position de cet automne. Mais tandis que les instructeurs adjoints sont la majorité dans notre système d’enseignement supérieur, notre pays dans son ensemble va souffrir en termes de création penseurs critiques instruits.

D’un complément qui a rejoint un syndicat

En tant qu’ancien professeur d’anglais du secondaire, je croyais dans les syndicats d’enseignants profondément – Je ne pensais pas que je pouvais espérer d’être dans l’un comme adjuvant. Apprendre je me suis trompé senti comme le soleil poussant à travers les nuages.

Voilà pourquoi, quelques années en bas de la ligne, quand un gars est venu dans ma salle de classe dans une autre université près de chez eux où je l’avais pris une classe , et il m’a demandé si je serais en faveur d’un vote à venir pour décider si adjonctions à notre école devraient être ajoutés au syndicat des professeurs, je dis oui. Je dis oui quand il m’a demandé de venir à une heure heureuse de rencontrer un peu plus de mon contingent des collègues plus ed. Je dis oui à téléphone bancaire pour faire sortir le vote, et je dis oui quand mon bulletin de vote est arrivé dans le courrier. Oui, nous sommes importants. Oui, nous avons des droits. Oui, notre expertise est précieuse. Et oui, ensemble, nous sommes puissants.

Je ne veux plus jamais revenir à ce sentiment de panique étouffé de courir de classe en classe, à peine tenant ensemble, se sentant coupable d’être un mauvais professeur, mais le sentiment encore plus peur d’admettre que je ne faisais pas bien. Ne sachant jamais combien je ferais le prochain semestre. En espérant que mon partenaire ne serait pas tomber malade parce que je ne pouvais pas obtenir ses avantages. Vous vous demandez si quelqu’un à l’université serait même avis si ma famille est tombé juste à côté du bord de la Terre. Personne ne mérite de se sentir de cette façon. Nous adjonctions fournissent le jour au travail de jour qui maintient les universités en cours d’exécution. Nous sommes sur la ligne de front avec les jeunes de l’Amérique, et je crois que lorsque l’un d’entre nous se lève, nous tous élevons. La négociation collective est la réponse à corriger les injustices flagrantes du système d’éducation à deux vitesses plus élevé. Voilà pourquoi je fais du bénévolat mon temps l’organisation adjonctions pour l’union de mon école et pour le nouveau syndicat de métro vient de fonder pour adjonctions dans ma ville. Nous obtenons plus fort. Donnez-nous une chance et nous vous organisons aussi!

Nos sincères remerciements vont aux centaines de professeurs adjoints qui ont écrit pour partager leurs histoires. Tout le monde plus agréable pour eux.

Précédemment

Les archives complètes de notre série sur les professeurs auxiliaires peuvent être trouvés ici.

Qu'est-ce que vous en pensez?

comments

SHARE